Tests Respiratoires des Gaz Digestifs (GazDetect®)

Les gaz digestifs sont évacués à 80% par les voies respiratoires et vont conditionner la flore haute ainsi que toutes les autres flores. Ces gaz peuvent être évalués. C’est ce que je vous propose.

Pour les personnes qui souffrent d’inconforts et de troubles digestifs avec de la fatigue, des troubles de sommeil, des intolérances alimentaires, de l’irritabilité, du surpoids ou de la perte de poids, la mesure des gaz est une technique très précieuse. En effet, cette mesure va permettre un accompagnement précis en termes d’hygiène de vie, de nutrition, de micronutrition, d’activité physique et de santé bien être. On comprend aisément qu’une personne qui ne vide pas correctement son estomac et qui a des remontées acides par exemple, aura des conseils différents de celui qui ballonne au niveau du colon, lui-même qui aura un accompagnement différent de celui qui a un transit rapide, lui-même qui aura des conseils différents de celui qui a des difficultés à digérer la viande ou les graisses, etc.

Quelle est la méthode utilisée ?

La méthode est simple et non intrusive. Il suffit de souffler dans un petit ballon. Ce ballon est ensuite fixé à un petit appareil (GazDetect) qui évalue les gaz (Hydrogène, Methylacétate, Hydrogène sulfureux et NO).

Deux mesures sont effectuées. La première à jeun, et la seconde 1H30 à 2H00 après la prise d’une boisson sucrée. Pour plus d’efficacité, le repas du soir ne doit comporter ni fruits ni légumes. Le menu conseillé se compose de poulet avec du riz ou poisson blanc avec du riz.

En attendant, mastiquez correctement, dinez tôt, faite une activité physique et évacuer un maximum de gaz avec une respiration ample et profonde. A bientôt.

Nota : Ceci n’est en aucun cas un diagnostic à la recherche d’une maladie. Le diagnostic et la maladie sont le domaine exclusif du médecin qui reste le référent et votre premier réflexe. Je rappelle que la seule médecine reconnue en France est la médecine allopathique.Vous être curieux (se), vous voulez comprendre pour prendre votre santé en main. Lisez ce qui suit.

Comment est répartie la flore digestive (Microbiote) dans mon tube digestif ?
Normalement, vous avons très peu de flore dans la bouche, pratiquement nulle dans l’estomac et elle croît dans l’intestin grêle au fur et à mesure qu’on avance vers le colon. C’est une flore aérobie. En fin de l’intestin grêle la flore aérobie laisse petit à petit la place à une flore anaérobie agressive. L’anaérobie va être le territoire du colon, elle est la flore dominante.
L’estomac et l’intestin grêle sont donc des zones très propres, purement aérobie sans fermentation. Leur rôle essentiel étant la dégradation et la digestion des aliments puis l’absorption des micronutriments. Le colon lui, est une chambre de fermentation, d’ailleurs par son anatomie il peut se dilater dans une certaine mesure sans impacter le bien être, contrairement à l’intestin grêle qui est une zone de passage, les aliments ne doivent pas y séjourner. Ça, c’est quand tout va bien, quand la nourriture est équilibrée, pas trop abondante et que le transit est fluide. Dans ce cas-là, le long fleuve tranquille (8m en moyenne) nourrit l’organisme et évacue les déchets. Malheureusement, ce calme est fragile et éphémère si on ne sait pas l’apprécier. En effet, des facteurs comme la malbouffe (excès et carences), l’intoxication, la sédentarité et le stress, transforment le fleuve tranquille en marécage, et c’est la fermentation à tous les étages. Il est clair que à ce moment-là, la flore digestive migre, change et devient agressive. C’est la prise du pouvoir par les barbares.

Qu’est-ce que la fermentation ?
La fermentation c’est la transformation d’un aliment par un microorganisme en absence d’oxygène. En se nourrissant de sucres et d’eau, les micro-organismes font le plein d’énergie, se multiplient et dégagent en autres des gaz. On appelle ces micro-organismes MICROBIOTE ou flore digestive.

La flore digestive est une composante absolument majeure du terrain de l’individu. Quand elle est en équilibre, elle produit des substances bénéfiques pour la santé. Elle protège et nourri les fonctions biologiques. Par contre, quand elle est en déséquilibre, ce qu’on appelle DYSBIOSE, elle prolifère, envahie le tube digestif et l’agresse. En fonction de sa composition, elle va produire un certain type de gaz, de l’alcool, divers acides, de la graisse et d’autres molécules toxiques. Ceci va grandement fragiliser le terrain. On pourrait observer un ballonnement, un inconfort, des flatulences, un transit perturbé (diarrhée et constipation), des carences micronutritionnelles (mal absorption), des surcharges en graisse et en toxines (Toxémie), de l’anxiété, une humeur altérée, de la dépression, de l’irritabilité, du surpoids, etc. On comprend très bien qu’il vaut mieux avoir la flore digestive avec soi que contre soi. Il faut donc en prendre soin, bien la nourrir et bien la traiter, elle vous le rendra, c’est certain.

Faisons une petite analogie entre un terrain agricole et le terrain humain. L’équilibre, la fertilité et la qualité des produits d’un terrain agricole dépendent pour beaucoup de la diversité et de la qualité des microorganismes et des champignons qui l’habitent. C’est similaire chez être humain. Lors de votre prochain repas, posez-vous la question : à qui est destiné le contenu de mon assiette, à la bonne flore ou aux futurs barbares.

On distingue trois types de fermentations ou de flores (entérotypes) :

Une fermentation à Hydrogène. L’hydrogène est un gaz physiologique présent dans le colon ascendant. Il est synthétisé par des bactéries de type lactobacilles. Cette flore va consommer des résidus de nourriture et produire de l’hydrogène. C’est la flore qui fait ballonner. C’est une bonne flore, c’est la flore du sportif et des personnes jeunes. Cependant, il ne faut pas qu’elle soit en excès, ce qui peut être le cas si trop de résidus lui arrive (Mastication insuffisante, nourriture en excès et notamment l’amidon, l’âge ou la mal absorption de l’intestin grêle par exemple). Si l’alimentation n’est pas rectifiée et la digestion pas soutenue, cette flore va proliférer (pullulation bactérienne) et tout l’intestin grêle va être rempli de ces bactéries, c’est ce que les scientifiques appellent le SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrowth). L’hydrogène se retrouvera à un endroit inapproprié induisant une pression dans le grêle qui n’est pas censé se dilater, s’en suit un inconfort plus ou moins important. Par ailleurs, cette prolifération réduira encore plus la capacité d’absorption. En effet, indépendamment des agressions induites à l’épithélium qui aura tendance à moins absorber les nutriments, les bactéries vont se nourrir en premier. Ceci pourrait provoquer des carences macro et micro-nutritionnelles avec comme conséquence, une altération des capacités physiques et cognitives. On comprend aisément que dans ce cas de figure l’usage d’un complément alimentaire de type probiotique est inutile voir contre productif. Toute bonne solution commence d’abord par la mise en place d’une réforme alimentaire adaptée pour rétablir l’équilibre. Chez les séniors par exemple, la capacité d’absorption du sucre peut être divisée par 8 par rapport à une personne jeune. Si l’apport en glucide n’est pas adapté, les barbares auront toute l’énergie qu’il faut pour encore plus proliférer. A titre d’exemple, pas plus de 60 à 70 g de sucres lents ou rapides par repas pour nos chers séniors. Si l’excès d’hydrogène perdure, on finira par produire du « méthane » au niveau du colon transverse. Ceci pourra provoquer une atonie du colon et de l’estomac par effet rebond. S’en suit une production de « méthyle acétate ».

Une fermentation au Méthylacétate. C’est une fermentation qui commence dans l’estomac. Elle est due à une vidange insuffisante à cause d’une atonie du colon, un nerf vague défaillant pour plusieurs raisons, une infection, une hyperglycémie (très courant), un stress chronique omniprésent, une opération chirurgicale, etc. Le temps de vidange de l’estomac double anormalement. On passe d’1h / 1h30 à plus de 3 heures. Ce temps anormalement long va profiter aux bactéries du milieu acide comme l’acinétobacter. L’Acénitobacter, c’est la bactérie du vinaigre. Elle produit l’acétate et le méthyleacétate. Résultat, une bonne partie de l’amidon ingéré est transformé en vinaigre (acide acétique), bien plus agressif que l’acide chloridrique sécrété par l’estomac (PKA deux fois supérieur). C’est à peu près le même procédé de fabrication du vinaigre traditionnel et industriel. L’estomac se transforme en vinaigrier! Le pancréas exocrine va se retrouver incapable de synthétiser assez de bicarbonate pour tamponner cette acidité au niveau du duodénum. Par conséquent, les enzymes digestives qui travaillent dans un milieu alcalin, seront incapables de transformer correctement les aliments en micronutriments. Ceci aura pour conséquence une altération du terrain par appauvrissement des réserves nutritionnelles et micro nutritionnelles. Les fonctions biologiques seront ralenties. Le cercle vicieux s’installe et s’aggrave. Certes, vous achetez de très bons produits BIO et de qualité, mais malheureusement vos cellules ne pourront pas en bénéficier et restent affamées. Très souvent, cet état est associé à la présence d’une levure bien connue : le Candida albicans. En effet, l’acénitobacter et le candida sont de grands amis et forment un biofilm très résistant. Le Candida fabrique de l’Alcool (fermentation alcoolique) et L’acénitobacter transforme l’alcool en Methylacétate grâce à la lipase A. Le Candida est une levure agressive quand elle est activée. Elle va occasionner des atrophies des muqueuses et des atteintes du système nerveux autonome, du grand nerf vague, ralentissant ainsi la vidange de l’estomac. L’acénitobacter aura tout le loisir de synthétiser encore plus de vinaigre. Bref, cette flore est ultra agressive et altère de manière importante le terrain. Ainsi, le transit sera ralenti encore plus au niveau de l’estomac, et va provoquer par voie reflex un ralentissement au niveau du colon. Le cercle vicieux s’installe et la circulation est quasiment bloquée, il va falloir mettre de l’ordre. Les personnes qui développent ce type de flore doivent éviter les repas trop copieux. Ils devront fractionner les repas et évitez de boire de l’eau pendant les repas. Il ne faut boire ni alcool ni bière ça va de soi. Ce sont des personnes qui n’ont pas faim de matin, qui dorment mal, qui peuvent présenter du surpoids voir de l’obésité et qui peuvent souffrir de brûlures et de constipation. Constipation basse que nous retrouvons dans la fermentation à Méthane.

Une fermentation au Méthane. Des débris alimentaires en excès, ainsi que les métabolites formées par la flore de l’intestin grêle qui souffre de malabsorption à cause des bactéries qui l’ont envahi, seront transformées en méthane. Le méthane est le gaz des bactéries de type « Ruminococus ». On devient des ruminants, tiens, tiens !. Cette fermentation est généralement stable et permanente, avec très souvent une grande production de graisses, favorisant la constipation, l’humeur dépressive et les refux gastroesophagiens.

Une fermentation à Hydrogène sulfuré (H2S). On peut retrouver également d’autres flores au niveau du côlon sigmoïde. Ce sont des flores carnivores qui se nourrissent de protéines, et qui produisent des gaz sulfurés. Un des signes est d’avoir une haleine qui sent le soufre (œuf pourri) et des selles nauséabondes.

A bientôt.